Facebook admet Curators contenu affecter les tendances; Refuse Bias politique

There’s a very interesting response from Facebook to Senator John Thune, who took Facbeook to task over the possibility of the publicly accessible social network potentially having its content curators and trend managers block out Conservative topics from trending on the network. According to Facebook, they investigated themselves and found themselves not guilty.

While the verdict is completely expected, what was illuminated in the letter to Senator Thune was that yes they do admit to having content curators controlling what’s trendy on Facebook, and they also admit that some of those content curators may have left their confirmation bias get the best of them, thus creating political bias in the trends being injected into Facebook. However, they deny specifically and pointedly directing trends away from Conservative topics.

Breitbart ramassé sur les nouvelles de la lettre qui a été affiché sur le site du Sénat Gouvernement, where the letter is available for all to read. Facebook states…

"La suppression de contenu politique ou d'empêcher les gens de voir ce qui compte le plus pour eux est directement contraire à la mission de Facebook et de nos objectifs d'affaires. Lorsque des allégations anonymes de parti pris politique récemment refait surface par rapport à Trending Sujets Facebook en vedette, nous avons immédiatement lancé une enquête pour déterminer si quelqu'un a violé l'intégrité de la fonction ou a agi d'une manière qui ne sont pas compatibles avec les politiques et la mission de Facebook ".

 

“[…] Our investigation has revealed no evidence of systematic political bias in the selection or prominence of stories included in the Trending Topics feature.”

While denying that there was any political bias and claiming that Conservative and Liberal views have been equally promoted and trending on Facebook, they go on to contradict themselves by claiming that they will improve their guidelines and terminology as well as further train their content reviewers when it comes to “injecting” trends into Facebook’s feed, stating in the letter…

"Nous avons déjà mis à jour la terminologie dans nos lignes directrices et organisé une formation de recyclage pour tous les examinateurs qui ont souligné que les décisions de contenu ne peut être faite sur la base de la politique ou de l'idéologie."

 

«Nous allons instituer des contrôles et de surveillance supplémentaires autour de l'équipe d'examen, y compris les procédures d'escalade robustes."

Le plus révélateur est le fait qu'ils admettent qu'ils tirent les tendances sur la base d'un pool de sites limités qui répondent le contenu de ce qu'ils considèrent être «tendance». Cela a été mentionné dans le tell-all sur la pièce Gizmodo où les anciens employés de Facebook ont ​​mentionné que Facebook utilise un petit groupe de sites pour lesquels ils fondent leurs tendances autour, ce qui idéalement avéré être des sites principalement de gauche appuyé.

According to the Facebook letter, they claim they will eliminate their reliance on these “external websites”, writing…

«Nous allons éliminer notre dépendance à l'égard des sites Web externes et de nouvelles prises pour identifier, valider ou évaluer l'importance des sujets tendances. Cela signifie que nous allons cesser d'utiliser la liste top-10 des agences de presse, la liste des médias 1K, et le flux RSS ".

Techniquement, ils ne devraient avoir été force filtrons les aliments en premier lieu. Il pue l'endoctrinement.

Despite claiming that they will no longer try to inculcate Facebook readers with specific worldviews from specific outlets, there have been claims from pundits like Lauren Southern that Facebook is still censoring users on an individual level who share Conservative news or point out Facebook’s alleged habitual practices of silencing Conservative media, as reported by the Courrier quotidien

Sud fait une vidéo expliquant comment lui a brièvement interdit de Facebook sur un poste soulignant que Facebook censure vues conservateurs. L'ironie est littéralement palpable. La vidéo a été affichée sur le Rebel médias.

L'idée que les outils simples utilisés pour partager des informations et informer les autres sur les minuties apparemment anodin de la vie quotidienne tentent de contrôler et de dicter la façon dont les gens pensent à la vie, la politique et le divertissement est un concept effrayant.

Whether Facebook knows it or not, them admitting that they have control curators controlling what appears in your trending feed is enough to certify that Facebook isn’t just in the business of invading your privacy but they’re also in the business of thought control.

(Main image courtesy of Tendances numériques)