Fade To Black, un documentaire controversé sur l'euthanasie volontaire arrive à la vapeur

Fade to Black

Valve traverse peut-être une crise morale en ce qui concerne loli waifus et l'holocauste que les joueurs tentent d'empêcher de se dérouler avec des jeux orientés animés sur la plate-forme Steam, mais quelqu'un chez Valve ne semble pas inquiet à l'idée d'organiser des documentaires controversés sur la plate-forme, quel que soit le degré de macabre du sujet. Fondu au noir semble être une parfaite illustration de l'attitude nonchalante de Valve envers l'ouverture de la plate-forme à des contenus plus… qui divisent socialement.

Le film suit Peter Short, le PDG de Shell Coles Express en Australie, qui génère plus de 6 milliards de dollars de revenus par an. Short est diagnostiqué avec une forme apparemment incurable de cancer de l'œsophage et il ne lui reste que neuf mois à vivre par des médecins, alors qu'il atteint l'âge de 57 ans.

Au lieu de devenir victime d'un chemin douloureux et angoissant vers la mort, Short - et une équipe de tournage opportuniste - décident d'explorer l'option de l'euthanasie assistée. L'idée est de mettre la main sur une drogue illégale connue sous le nom de Nembutal et d'aider à mettre fin à la vie de Short avant que les effets tortueux et douloureux du cancer ne se manifestent.

Le documentaire ne parle pas seulement de Short d'acquérir le médicament et de vouloir mettre fin à sa souffrance avant qu'elle ne devienne insupportable. Le documentaire traite en fait de la légalité du Nembutal en Australie et des zones moralement grises entourant les raisons pour lesquelles l'Australie ne légalisera pas si facilement l'euthanasie assistée.

Torrential Pictures explore la quête de Short pour légaliser Nembutal, le film montrant son état dégénératif tandis que les politiciens et les fanatiques religieux se disputent sur les lois et les aspects religieux de l'euthanasie.

Une information intéressante à propos du film est que certains dirigeants australiens pensent que la légalisation d'un médicament comme le Nembutal entraînerait une rupture sociétale complète, étant donné que de nombreuses personnes souffrent de dépression, de personnes ayant une mauvaise journée, ou même - dans un cas particulier impliquant un femme célibataire de 80 ans - la solitude pourrait amener les gens à faire éclater le Nembutal en un clin d'œil.

En un sens, il faut se demander si la société civile devrait avoir le droit d’avoir accès à un médicament capable de mettre fin rapidement et sans douleur à la souffrance et de mettre fin à une vie en un clin d’œil. Ou devrait-il rester interdit afin d'empêcher un grand nombre de personnes de se suicider?

Avec des pays comme le Japon, la Corée du Sud et les États-Unis, les jeunes hommes se suicident à une vitesse alarmante - comme le rapportent 10 Magazine, Nikkei, et le Fondation américaine pour la prévention du suicide - il faudrait se demander exactement comment l'euthanasie légalisée affecterait les pays développés? Et est-ce que les sociétés fonctionneraient mieux ou pire si les gens qui ne voulaient pas vivre partaient tôt?

Si vous êtes intéressé par Fondu au noir, vous pouvez le vérifier sur le magasin de vapeur louer pour 4.99 $ ou posséder pour 19.99 $.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.