Censure coordonnée de Facebook de Milo, Alex Jones, Louis Farrakhan critiqué pour sa portée excessive
Milo banni

Milo Yiannopoulos, Alex Jones, Laura Loomer, Paul Joseph Watson et Paul Nehlen ont tous été bannis de Facebook et de Instagram. L’interdiction était une affaire coordonnée organisée entre Facebook et certains médias, notamment le Washington Post, l’Atlantique, le Verge et CNN, selon un rapport de BuzzFeed.

La vraie nouvelle ici n’est pas que toutes les personnes susmentionnées aient été bannies de Facebook pour ce que la société a qualifié de «dangereux», mais plutôt qu’il s’agisse d’un effort coordonné de Facebook et des médias.

De plus, les interdictions ont effectivement été levées APRÈS ils ont été annoncés.

Cela a été annoncé par Ryan Mac de Buzzfeed, qui tweetait en direct pendant les annonces. Certaines des personnes interdites en informaient leurs abonnés via leurs comptes sur Facebook et Instagram avant la fermeture définitive des comptes.

Ce genre de censure par les chiens n’échappait même pas à la surveillance de la gauche.

Le directeur des litiges du Hamilton Lincoln Law Institute, Ted Frank, a souligné l'évidence de la coordination, ainsi que certaines des erreurs inhérentes à la coordination. En plusieurs parties Fil de Twitter, Frank a écrit…

“Pourquoi tout le monde appelle Farrakhan“ extrême droite ”? Je n'ai pas d'informations privilégiées, mais ce qui s'est passé est assez évident et facile à effectuer en cas d'ingénierie inverse si vous avez vu des saucisses dans les communications de crise.

«Facebook a un problème de relations publiques: tout le monde en veut parce que les nazis et Alex Jones utilisent le site à bon escient. Les employés sont probablement encore plus en colère à l’intérieur que la pression externe des politiciens.

«Facebook organise donc des réunions et décide de mettre en place une politique de purge de l'extrême droite. Quelqu'un propose une liste, peut-être extraite de SPLC (bien que ne faisant pas aveuglément des vérifications ponctuelles) et une autre mauvaise publicité, peut-être des plaintes internes.

«Les relations avec les médias indiquent que la politique résout un problème de relations publiques qu’ils rencontrent. C’est pourquoi un briefing sous embargo à l’intention d’un groupe de journalistes leur a annoncé qu’ils banniraient de nombreux comptes d’extrême droite.

«Pendant ce temps, un conservateur symbolique lors de l'une des réunions de Facebook a fait remarquer que FB éprouvait également des griefs de la part des républicains et que le fait d'interdire un seul côté de l'allée pourrait créer d'autres problèmes politiques. Donc, FB trouve un moyen d'interdire également ceux qui ne sont pas affiliés à la droite, choisit Farrakhan, le connecte à la liste. Mais la politique interne reste la «purge de l'extrême droite» et c'est ainsi qu'elle a été expliquée aux responsables de la communication, qui à leur tour l'expliquent aux médias.

«Les membres du personnel des communications sont dans leur propre bulle californienne et ne modifient pas l'orientation du briefing, même après avoir inséré le nom de Farrakhan dans la liste.

«Les médias sont pressés et prennent la description pour argent comptant. Ils repassent le communiqué sans le remettre en question, car il est plus rapide que de faire de vrais reportages. Pourquoi interdire-t-on à quelqu'un qui n'est pas l'extrême droite, tous les sont le mal?

«Ajoutez à la rédaction et au bingo des éditions négligentes, plusieurs médias publient simultanément des histoires, des tweets et des manchettes appelant Farrakhan à« l'extrême droite ». Soyez heureux que la chambre d'écho se souvienne d'avoir également interdit à Farrakhan d'interdire à Farrakhan de prétendre qu'il n'y avait pas de parti pris dans la décision initiale. . "

Frank est correct.

Le Washington Post en est un parfait exemple en qualifiant «Far-Right» Louis Farrakhan. Ils ont ensuite dû rectifier cette erreur précipitée quand ils a publié une rétraction.

Mais ce n’est pas uniquement la coordination et le visage très apparent de collusion des médias qui inquiètent les gens, c’est le fait que nous voyons si nonchalamment comment les médias encouragent les grandes technologies à faire taire les dissidents politiques au discours traditionnel.

Un porte-parole de Facebook a même dit CNN que les groupes, les pages de fans et les individus épousant louange et soutien des personnes interdites puissent également être supprimés, avec CNN Business reporting…

«Dans certains cas, lorsque Facebook interdit un individu ou une organisation, cela empêche également les autres d’exprimer leurs louanges ou leur soutien sur ses plateformes, a déclaré le porte-parole, ajoutant que la société continuait à considérer cette action comme la bonne approche. Cette politique peut ne pas s'appliquer à toutes les personnes interdites jeudi, cependant.

"Le porte-parole a ajouté que Facebook supprimera les groupes, les pages et les comptes créés pour représenter les individus interdits dès qu'il saura que cet individu participe à l'effort."

Cela se passe déjà.

Le journaliste Nick Monroe a couvert les retombées, notant que de nombreuses pages de fans ou des pages associées destinées aux personnes touchées par l'interdiction ont également été supprimées.

Les retombées de ces interdictions ont affecté certains plus que d'autres.

Monroe a fait référence à un tweet de Jon Levine, rédacteur en chef chez The Wrap, qui a indiqué que Laura Loomer semble lui avoir exprimé des idées suicidaires, à la lumière du fait qu’elle était numériquement réduite au silence par les principales organisations de médias sociaux.

Le tweet mène à un article sur Le Wrap avec la citation de Loomer, qui a écrit…

«Quel est le but de la vie maintenant? Je vis dans un goulag numérique. Hier, j'ai écrit un article sur ma vie dans un goulag numérique le jour de la commémoration de l'Holocauste. Et aujourd'hui, bien que je sois sioniste et que je consacre ma vie à combattre la haine des Juifs, ces nazis de la Silicon Valley m'ont interdit pendant Yom Hashoah avec de vils ennemis pour les Juifs comme Louis Farrakhan et Paul Nehlen. C'est dégoutant. Mais je n'attends rien de moins de ces gens qui veulent ma mort. Ils veulent me tuer, mais je préfère me tuer que de les laisser faire le tour de la victoire. "

Ce qui est vraiment choquant, c’est que cela va à l’encontre de la position précédente adoptée par Facebook en juillet dernier, en juillet, de 2018, quand ils disaient qu’ils ne banniraient pas les pages pour simplement partager des «théories du complot» ou des «fausses nouvelles».

D'autres personnes ont suggéré de passer à d'autres plates-formes de médias sociaux après avoir été dissociées des principales. Le blogueur et auteur Mike Partyka a tenté de rallier les gens à Gab face à la répression de la parole par Facebook.

Fondamentalement, les grandes technologies peuvent faire en sorte que vous n’ayez effectivement aucune voix à l’ère numérique. Si vous êtes journaliste, ils peuvent vous censurer pour que personne ne soit au courant de l'actualité que vous couvrez. Si vous êtes un pandit, ils peuvent supprimer votre discours pour que personne ne sache ce que vous avez à dire. Et si vous êtes un dissident politique, ils peuvent vous censurer afin que vous soyez pratiquement mort à quiconque vit à travers les médias numériques.

Dans ce cas, Facebook fait savoir qu’ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour étouffer les voix indépendantes qui suscitent un vif intérêt en dehors du grand public, afin de faire passer le message que personne ne peut parler sans être en sécurité s’ils ne respectent pas l’idéologie sociopolitique. gouverne maintenant le monde par le biais de la politique incontrôlée des technocrates.

(Merci pour le conseil Nikos)

À propos

Billy a été bruissait Jimmies pendant des années couvrant les jeux vidéo, la technologie et les tendances numériques au sein de l'espace de divertissement électronique. Le GJP a pleuré et leurs larmes devint son milk-shake. Besoin d'entrer en contact? Essaie le page de contact.

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!