YouTube démonèle toute la chaîne du candidat UKIP Sargon of Akkad, le retire du programme partenaire

YouTube Sargon démonétisé

Carl «Sargon of Akkad» Benjamin fait campagne pour devenir député européen du parti UKIP. Depuis l'annonce de ses aspirations dans le domaine politique, Saronique a été victime d'une invective agressive et sans escale pour le harceler, le saper et démoniser sa position. Ils ont également tenté d'empêcher sa campagne d'utiliser les médias sociaux. YouTube a maintenant complètement démonétisé. Toute la chaîne de Sargon, qui compte plus d’abonnés 958,200.

YouTube a dit BuzzFeed que la démonétisation remplaçait les reportages des médias qui refaçonnaient les vieux commentaires de 2016 sur Twitter, que Sargon avait tenus et qui répondait sarcastiquement à un parlementaire britannique qui parlait du viol et des menaces de mort qu'elle recevait en disant: "Je ne te violerais même pas @ jessphillips ".

Buzzfeed a écrit…

«[…] YouTube a déclaré à BuzzFeed News que la société entreprenait maintenant de démonétiser la chaîne de Benjamin Sargon of Akkad, qui compte près de X millions d'utilisateurs, ce qui a pour effet de supprimer la capacité de Benjamin de gagner de l'argent en publicité avec les vidéos qu'il diffuse sur la plateforme.

 

«Un porte-parole de la société a également confirmé que Benjamin avait été retiré du« Programme de partenariat YouTube », qui permet aux créateurs de vidéos populaires d'accéder à une part des fonds publicitaires de YouTube, à une assistance en matière de droits d'auteur et à un contact direct avec le support informatique de la société.

Essentiellement, ils essaient de supprimer tous les moyens d’aide financière que Sargon pourrait recevoir afin de faire campagne et d’être élu député européen, ainsi que de le démonétiser au point qu’il ne puisse plus subvenir à ses besoins ou à ceux de sa famille.

Selon Reclaim The NetSargon a publié une déclaration sur la démonétisation de YouTube par le biais de sa chaîne Discord, partagée par l’utilisateur de Twitter, LordScrump, le mois de mai 9th, 2019.

Si vous ne parvenez pas à lire le message dans l'image, le message…

«YouTube nous a fait savoir aujourd'hui qu'il avait démonétisé ma chaîne YouTube, qui, comme vous le savez, est ma principale source de revenus et la façon dont je soutiens ma famille et mon équipe.

 

J'ai toujours pris soin de respecter les règles de YouTube, et la seule chose que j'ai faite différemment récemment est de se porter candidate à une charge publique. Des entreprises aussi grandes que YouTube doivent fortement recourir à des algorithmes vulnérables aux informations de masse émanant d'acteurs malveillants. Compte tenu de l'ampleur de la haine qui a été suscitée contre moi à cause des reportages franchement malhonnêtes sur ma candidature, il n'est guère surprenant que cela se soit produit.

 

«Il y a un délai de 30 jours après lequel YouTube examinera mon appel et je coopérerai pleinement avec la procédure mise en place pour obtenir une restitution. J'ai eu très peu de grèves dans les directives de la communauté au cours des cinq dernières années, et ma chaîne passe le plus clair de son temps en règle.

 

«Mon équipe et moi-même sommes en contact avec YouTube et je suis convaincu que nous allons corriger le malentendu bientôt."

Ce n'est pas la première fois que ce type de dé-plate-forme a lieu. Sargon d'Akkad était aussi banni de Patreon en 2018, après avoir été banni de façon permanente de Twitter retour en août de 2017. Reddit a également récemment déménagé à mettre en quarantaine le Sargon d'Akkad sous-reddit moyen de réduire la visibilité du candidat UKIP sur la plateforme de médias sociaux.

Alors que certaines personnes affirment constamment que «les entreprises privées peuvent faire ce qu'elles veulent», nous constatons ici une coordination collective de la censure visant non seulement à faire dérailler leur campagne politique, mais aussi à ruiner financièrement leurs vies, tout cela parce que l'individu a des opinions ils ne sont pas d'accord avec.

(Merci pour les nouvelles pointe Lyle)

(Main image courtesy of Sky News)